Atelier Meemosa, les bijoux minimalistes d’inspiration amazigh

isefra atelier meemosa desoriental

Partager l’article

Désoriental, en partenariat avec JUA & Co, la marketplace qui met en avant la création artisanale éthique du monde entier, te fait découvrir chaque mois jusqu’à l’été, un.e créateur.ice multiculturel.le.

Nous le savons, nos choix de consommation sont aussi des choix de société. C’est la raison pour laquelle nous avons souhaité envoyer de la force à cette marketplace et aux valeurs qu’elle porte, en plus de la beauté, de la qualité et de la désorientalité des créations qui y sont proposées !

jua and co desoriental collab

On commence avec Atelier Meemosa, une marque de bijoux amazigh-inspirés créée par Samira, tunisienne ayant grandi en France.

C’est en regardant les bijoux de sa mère et de sa grand-mère que Samira a très tôt eu une passion pour les bijoux berbères. Elle collectionne les bijoux amazigh anciens depuis l’adolescence.

Le nom d’“Atelier Meemosa” est un hommage à la grand-mère de Samira, Zahra, qui était guérisseuse et herboriste. Samira s’en souvient, elle était aimée et reconnue de toutes et tous dans son village pour les soins et tout l’amour qu’elle donnait, au point qu’on l’appelait “Oummi Zah”, oummi signifiant “ma maman” en arabe, et Zah comme diminutif de Zahra. Oummi Zah est devenu Meemosa et L’Atelier est né.

atelier meemosa logo

Les bijoux d’Atelier Meemosa ne sont pas une copie stricte des bijoux amazigh tunisiens traditionnels, mais une interprétation personnelle au croisement des inspirations de Samira : les bijoux comme la fibule ou le rihan (grosse chaîne en argent, ndlr.) mais aussi les tatouages amazigh, comme celui que portait sa grand-mère Zahra au menton, l’architecture aux lignes épurées, la créativité et les gestes précis ancestraux des maîtres joaillers dans la médina de Tunis, le pop art, ses voyages en Andalousie notamment, au croisement de son orient et de son occident, Frida Kahlo et ce qu’elle exprime de sororité, de connexion aux et entre femmes, …

Le projet est aussi parti d’un endroit de frustration : Samira a travaillé pendant dix ans à l’étranger, dix années où elle s’est sentie bien, simplement considérée pour ses compétences et son savoir-être. De retour en France, elle a ressenti les assignations et les questions sur ses origines, sa religion, le fait de n’avoir pas fait de grande école, etc. Elle a eu besoin de recréer autrement cet équilibre qu’elle a ressenti à l’étranger entre toutes ses identités. Atelier Meemosa est l’expression de cette pluralité.

samira atelier meemosa desoriental
Samira, créatrice de L’Atelier Meemosa

Samira met tout son cœur dans L’Atelier. Pour un bijou il faut compter, de la recherche créative au produit fini, entre trois et quatre mois. Chaque pièce est dessinée, prototypée, fabriquée à la main par Samira avec des matériaux (métal, pierres semi-précieuses, …) de fournisseurs francilien.ne.s. La créatrice s’assure que les bijoux soient assez légers pour être portés au quotidien. La dorure est ensuite est effectuée par un artisan doreur parisien de renom. Et c’est encore Samira qui prépare et expédie les colis avec amour !

Retrouver Atelier Meemosa sur JUA & Co

🎉 JEU CONCOURS

Rendez-vous ce dimanche sur le compte Instagram de Désoriental pour tenter de gagner une paire de boucles d’oreilles Isefra, inspirée d’un accessoire de mode amazigh, la fibule, créée par la marque Atelier Meemosa.

isefra atelier meemosa desoriental 2

crédits photos et images : JUA & Co, Atelier Meemosa

ça t'a plu ?

Fais-donc tourner !

Inscris-toi à la newsletter pour ta dose hebdo d’inspiration 100% métèque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *