Vous avez-dit « métèque » ?

manifestation raciste meteque paris

Partager l’article

Mais que signifie ce fameux « métèque » de « Désoriental, média métèque » ?

Le métèque, du grec ancien métoïkos, “celui qui a changé de résidence”, c’est le statut du déraciné dans la cité, ni citoyen, ni étranger, un peu les deux.

Le métèque devient un terme politique important chez les nationalistes à partir de la fin du XIXe siècle . On le retrouve notamment chez le penseur Charles Maurras pour désigner l’un des “quatre Etats confédérés” qui détruisent la patrie de l’intérieur, aux cotés des protestants, des Juifs et des francs-maçons.

Plus personne ne dit “métèque” aujourd’hui, mais ce mot est la matrice de tous les autres mots, de tout le vocabulaire péjoratif inventé pour désigner cet Autre, présent sur le sol français et dont il faut se méfier car s’il maîtrise les codes du pays, il a en fait son propre agenda, cet Autre que l’on a aussi pu appeler le crouille, le bicot ou encore le bougnoule.

Aujourd’hui on utilise le terme plus neutre d’“immigré” ou d’“enfant d’immigré” pour désigner le métèque, au sens étymologique du terme.

Plus d’insulte donc, mais régulièrement de nouveaux qualificatifs que l’on doit à la communication politique pour désigner cette figure de l’ennemi intérieur : le métèque c’était l’indigène, puis le voleur d’allocs, ajoutez à cela le bruit et l’odeur, la racaille, le barbu, le non-souchien, le grand-remplaçant, etc., etc.

La French Métèque Plilist

french-meteque-plilist

La playlist démarre avec Le Métèque de Moustaki, gréco-italien né Giuseppe, devenu Youssef en Egypte où il a grandi jusqu’à ses 17 ans, puis Georges en France, où il est devenu français à seulement 51 ans.

Le-saviez-vous : la chanson a été adaptée dans une dizaine de langues, et toutes les versions ont éludé le mot “métèque”, faute d’équivalent. Le métèque, c’est une exception française !

Le “métèque” de Moustaki revient dans plusieurs chansons de la playlist, dans la même démarche que dans la chanson d’origine : recycler une insulte raciale désuète autrefois subie en identité fièrement et pleinement nommée, ramener de la profondeur historique et en même temps mettre à distance l’histoire pour parler de racisme, de créolisation, et de tous les points de tension dans le débat, bien vivant lui, autour de l’identité française.

Petit bonus : cette chronique confinée de Pop n’ Co avec Brigitte Fontaine, qui donne l’un de ses morceaux préférés de Moustaki, Pêcheur, qui est une reprise en français de la chanson Esh Enta de l’immense musicien et interprète égyptien Farid El Atrash, et où Brigitte Fontaine affirme que Le Métèque ne fait sûrement pas pas partie des meilleurs chansons de Moustaki !

photo de couverture : une manifestation xénophobe de 1935 par des étudiants de la faculté de médecine de Paris

ça t'a plu ?

Fais-donc tourner !

Inscris-toi à la newsletter pour ta dose hebdo d’inspiration 100% métèque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *