La route de la soie : voyage au Métisstan

route de la soie silkroad

Partager l’article

Cette newsletter est un voyage des cinq sens au Métisstan, ce pays des mélanges, qui n’est en fit pas un pays un itinéraire qui traverse les époques.

Voyage des cinq sens donc, et on commence par l’ouïe avec l’album contemplatif Silkroad du duo germano-égyptien Basem Darwisch et Matthias Frey.

silkroad-route-de-la-soie

Installe-toi confortablement et appuie sur « play » pour démarrer cette lecture, évasion garantie !

La « route de la soie », là où se rencontrent les imaginaires …

route-de-la-soie

On traverse la route de la soie soit pour la connaissance, soit pour la conquête, soit pour le commerce, comme très bien expliqué dans cet ouvrage fourni de Luce Boulnois, La route de la soie : dieux, guerriers et marchands

L’expression de “route de la soie” est en fait assez récente. Elle a été créée et popularisée par un géographe allemand orientaliste du XIXe siècle, Ferdinand Von Richtofen.

Il n’y a pas une, mais plusieurs routes de la soie, comme on l’apprend en 10 minutes avec le regretté Jean-Christophe Victor dans le Dessous des cartes :

Ces routes ont fait circuler la soie, mais également d’autres inventions et richesses de Chine et d’Inde et d’Arabie : les parfums, les épices, le thé, la porcelaine, le papier et l’imprimerie et des croyances majeures comme le bouddhisme et l’islam. 

On utilise l’expression jusqu’aujourd’hui pour qualifier les relations géopolitiques entre puissances orientales et occidentales, entre hostilité et fascination, comme on l’a vu récemment dans de nombreux commentaires et analyses sur la crise du Covid 19.

La route de la soie a été le terrain de jeu d’explorateurs occidentaux mais aussi, on le sait moins, d’explorateurs orientaux

Quand on pense route de la soie, on pense forcément à Marco Polo, mais les européens n’ont pas le monopole de l’orientalisme … ni de « l’occidentalisme » ! Les fantasmes sur l’ailleurs et les récits de voyages en contrées mystérieuses viennent tout autant de l’Europe que des empires chinois, mongol, perse, ottoman, arabe, andalou :

– IVe s. av. J.C. : le roi macédonien Alexandre le Grand et ses conquêtes de la Grèce aux portes de l’Indus, racontées trois siècles plus tard par Diodore de Sicile dans son ouvrage colossal La Bibliothèque historique ;

– 646 : le moine bouddhiste chinois Xuanzang raconte son voyage vers l’Inde dans le Rapport du voyage en Occident à l’époque des Grands Tang rédigé par Da Tang Xi Yu Ji, et réécrit Wu Cheng’en au XVIe siècle sous forme d’épopée fantastique La Pérégrination vers l’Ouest, devenant un grand classique chinois ;

– 922 : le géographe baghdadi Massoudi décrit la géographie, l’histoire et les coutumes observés pendant ses nombreux voyages de l’est de l’Afrique à l’Asie du Sud-Est en passant par la Perse dans Les prairies d’or et les mines de gemmes ;

– 1185 : le fonctionnaire de cour andalous Ibn Jubayr raconte ses explorations de Valence au Moyen-Orient dans sa Relation de voyage ;

– 1255 : les conquêtes du chef mongol Gengis Khan de l’Indochine à la Russie seront racontées à titre posthume par le persan Ata Malik Juvaini dans Le Conquérant du monde ;

– 1298 : le voyage du marchand vénitien Marco Polo est mis par écrit dans Le Devisement du monde par Ruta de Pise, un voyage mi-terrestre, mi-maritime de l’Italie à la Chine en passant par l’Asie Centrale mais aussi l’Indonésie et l’Inde, au service du petit fils de Gengis Khan, Kubilaï Khan. Voir les deux saisons de la très réussie série de fiction Marco Polo sur Netflix ;

– 1354 : l’explorateur et pèlerin tangérois Ibn Battuta, raconte son exploration des terres d’islam du Mali à la Chine dans Les Voyages, plus connu sous le nom de La Rihla, récit rédigé par l’andalous Ibn Juzayy ; hommage récent : le projet Al Safar du photographe français Yan Bighetti, qui s’est lancé sur un voyage de trois ans sur les traces d’Ibn Battuta ;

– 1451 : l’eunuque chinois hui (Han musulman) Zheng He, compile dans Les Merveilles des océans, rédigé par Ma Huan, ses explorations maritimes de l’Indonésie au Mozambique en passant par l’Inde et le Yemen ;

– 1499 : les voyages et l’ouverture d’une nouvelle route vers les Indes via le Cap de Bonne Espérance par le navigateur portugais Vasco de Gama, sont relatées a posteriori par son compagnon de route Alvaro Velho dans Le Premier voyage de Vasco de Gama aux Indes ;

– 1523 : le tour du monde centré sur la route de la soie du navigateur portugais Magellan sont narrés dans De Moluccis Insulis par Maximilianus Transylvanus ;

– 1557 : l’amiral ottoman Seyyidi Ali Reis, mandaté par le sultan Soliman le Magnifique, décrit ses explorations d’Istanbul aux Indes dans Le Miroir des pays.

Pour découvrir les villes merveilleuses traversées par ces routes de la soie, voici une série passionnante de quinze mini-reportages de 30 mintues chacun réalisés par Arte, sur Kashgar, Samarcande, Yazd, Venise et les autres.

Si on dit “payer en espèces” aujourd’hui, c’est à cause de la route de la soie … et de la préciosité des épices !

Eh oui, l’expression est à prendre au pied de la lettre : « payer en épices » car il fut un temps où les épices et notamment le poivre étaient, comme l’or, une ressource précieuse et une monnaie d’échange.

Les épices étaient utilisées comme aujourd’hui en cuisine, mais également dans la pharmacopée et la cosmétique. On l’apprend par exemple à travers l’histoire des usages et de la diffusion du poivre dans le monde à écouter sur France Culture

Pour faire travailler l’odorat, on conseille le très original livre olfactif La Fabuleuse odyssée des épices qui présente en mots et en senteurs des parfums historiques reconstitués par le nez Dominique Ropion.

Enfin pour le goût, pourquoi ne pas faire ses mélanges d’épices soi-même pour plus de fraîcheur ? Voici 5 recettes vidéo de mélanges d’épices « signature » tous hérités des échanges culturels sur la route de la soie :

ça t'a plu ?

Fais-donc tourner !

Inscris-toi à la newsletter pour ta dose hebdo d’inspiration 100% métèque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *