Egyptomanie à Paris : balade en 11 lieux chargés d’histoire

cinema louxor paris egyptomanie

Partager l’article

l’égyptomanie, une longue passion française

ruesparisegypte

La fascination française pour l’Egypte culmine au XIXème siècle après la victorieuse campagne d’Egypte napoléonienne. C’est à cette époque que le Français Champollion déchiffre les hiéroglyphes et que plusieurs rues dans le 2ème arrondissement de Paris prennent des noms de villes égyptiennes.

Mais déjà deux siècles avant Bonaparte, Marseille et Alexandrie commercent : riz, encens, ivoire, plumes d’autruches et café d’Arabie vers Marseille ; draps du Languedoc et du Dauphiné, soieries de Lyon, tissus de Provence et quincaillerie vers Alexandrie.

tahtawilordeparis

Au delà du commerce, le goût pour l’art et l’architecture de l’Egypte antique s’importe de la Renaissance italienne, qui célèbre la grandeur passée de l’empire romain. Et l’orient intrigue à la même période, comme le montre L’Histoire des Arabes (archive de 500 pages d’une ancienne édition !) du moine Marigny en 1690.

l’Egypte aussi, « occidentaliste » !

L’Egypte est elle aussi fascinée par la France au XIXème siècle sous le règne du sultan Muhamed Ali. les échanges sont nombreux et on retient notamment le récit de voyage L’Or de Paris l’imam Tahtawi, théologien et savant de la nahda ou Renaissance islamique. Un récit d’une grande ouverture qui décrit de manière détaillée (parfois longuette) et étonnée les paysages, le système politique, les mœurs des citadins, finalement autant Marseille que Paris.

11 spots du Paris égyptomaniaque

Pour accompagner cette (grosse) balade parisienne, ce podcast d’une heure sur le Paris égyptiomaniaque sur France Culture.

mapparis

1 · Plusieurs tombeaux au cimetière du Père-Lachaise sont inspirés de l’Egypte antique : pyramides, hiéroglyphes, obélisques …

2 · Il y a une momie sous la Bastille. Une momie ramenée d’Egypte par Bonaparte, mystérieusement déposée plus tard dans le monument aux morts de la révolution de juillet 1830 parmi les corps d’anciens combattants. La crypte sous la Bastille devait ouvrir au public et révéler ses mystères fin 2020, affaire à suivre !

3 · Certaines loges maçonniques empruntent à la cosmogonie, aux rites et aux symboles ésotériques de l’Egypte antique. Exemple architectural avec la façade du Temple du droit humain, loge fondée par une femme et dont la devise au passage est : « dans l’Humanité, la femme a les mêmes devoirs que l’homme, elle doit avoir les mêmes droits dans la famille et dans la société. » Pas mal, pour 1915 !

4 · La Fontaine du Fellah, rue de Sèvres, ressemble à un temple égyptien.

5 · Le Monument des Droits de l’Homme de commémoration du bicentenaire de la Révolution dans les jardins du Champ de Mars, est fait comme un temple égyptien et comporte des symboles maçonniques de rite égyptien.

6 · La très égyptienne pyramide du parc Monceau est le tombeau de Louis-Philippe d’Orléans, cousin franc-maçon de Louis XVI.

7 · Le célèbre cinéma Le Louxor datant de 1921 offre une façade égypto-carton-pâte et kitsch à souhait !

8 · Dans le Sentier, plusieurs rues rendent gloire à la Campagne d’Egypte, et l’immeuble insolite du 2 place du Caire est orné de hiéroglyphes et de têtes sculptées de la déesse Hathor.

9 · L’obélisque de la Concorde a été offerte par l’Egypte et est le plus ancien monument de Paris. Vieille de plus de 3 000 ans, l’Obélisque de Louxor a été offerte au XIXè siècle avec son obélisque jumelle par l’Egypte à la France, qui elle-même a offert à l’Egypte une horloge en cuivre (et un soutien contre l’empire ottoman, abusé le cadeau sinon …), horloge toujours présente sur la citadelle du Caire. Finalement, une seule obélisque sur les deux fera le voyage, un voyage de six ans au total entre le démontage, le transport et le montage.

10 · La Pyramide du Louvre construite en 1989 fait évidemment penser à l’Egypte antique, mais les évocations égyptomaniaques sont plus anciennes : dans la Cour Carrée du Louvre, où on retrouve notamment des figurations de la déesse Isis et de Cléopâtre danat du début du XXe siècle.

11 · La Fontaine du Palmier, place du Châtelet, dont l’eau est distribuée par quatre têtes de sphinx.

bonus : Claude François l’égyptien, roi de la taqiya* !

« Claude François ».  Il faudrait s’appeler « François le Français » pour faire plus gaulois ! Et pourtant, Claude François est né et a grandi à Ismaïlia en Egypte jusqu’à l’indépendance, d’abord dans un quartier chic puis dans un quartier populaire, sa famille y est installée depuis quatre générations. Cette dissimulation !

Ce qu’on va te proposer là, ce n’est pas du Alexandrie, Alexandra. Non, ce qu’on va te proposer, ça n’a pas de prix : c’est le premier disque que Claude François ait enregistré (sous le pseudonyme de Kôkô), c’est chanté en français et en arabe, et ça s’appelle le Nabout Twist. T’es pas prêt.e :

*taqiya : cette doctrine de dissimulation des méchants musulmans qui ont un double discours pour mieux ébranler la société de l’intérieur -gnark, gnark-

crédits photos : Mairie de Paris / Jean-Baptiste Gurliat

ça t'a plu ?

Fais-donc tourner !

Inscris-toi à la newsletter pour ta dose hebdo d’inspiration 100% métèque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *