Edito : Sororité

sororite

Partager l’article

L’enfer, c’est les autres ?

Jusqu’ici tout va bien : pas encore reçu de mail « mégapromo -70% sur le Wahoumix, bonne journée de la Femme ! » cette semaine …

Les droits de la moitié féminine de l’humanité seraient-ils enfin respectés ?

Ou bien il suffit d’attendre ce dimanche 8 mars pour les recevoir, ces jolis mails symptômes du patriarcat omniprésent ? 

Je penche pour la seconde option : il y a encore un peu de boulot avant d’atteindre l’égalité de droits entre femmes et hommes. Et l’ennemi est partout, même en nous, beaucoup en nous. 

En effet, il paraît que la concurrence est partout. Au fil de mes rencontres, on me met en garde. Les femmes maghrébines, tu sais … Ah. Quelle n’est pas ma tristesse / surprise au fil de mes rencontres désorientales d’entendre des mises en garde sur les autres « femmes arabes » qui ne s’entraident pas, qui se tirent dans les pattes, et que c’est dans les gènes.

Comme quoi, on n’a besoin de personne pour mal se nommer et rester bien à notre place, on se débrouille comme des grandes ! 

Du coup me dis-je, c’est peut-être une chance de ne pas vraiment être une femme arabe, d’être autre chose, d’être métisse, un peu comme ma mère par son métissage avait échappé aux injonctions du système des castes indien.

Les hors-caste, les bâtards, les métèques sont probablement un ingrédient clé de la solidarité aujourd’hui.

Au final, je me rends compte que multiplier les narrations et combattre les clichés, ça demandera un gros travail de l’intérieur, et ça, je dois dire que je ne m’y attendais pas. 

Dans ce que certain.e.s appellent « concurrence », je vois plutôt le signe que « le vent se lève » et que les lignes bougent du coté du récit national, et que même si on respire le même air, eh bien –scoop– : de l’air, il y en a pour tout le monde.

Je suis fière de faire partie (entre autres) des nombreuses françaises descendantes d’immigré.e.s, créatives, singulières et engagées, qui respirent ce même air abondant.

À l’énorme question : comment venir à bout des injonctions de genre, de classe ou de race (au sens politique et non biologique bien-sûr) sans s’épuiser ? Élément de réponse urgent : sororité.

Soumaya, créatrice de Désoriental

ça t'a plu ?

Fais-donc tourner !

Inscris-toi à la newsletter pour ta dose hebdo d’inspiration 100% métèque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *